Conseil National Mouvement Démocrate

Publié le par MoDem Brest - 2ème circonscription

 

P1050454.JPG

 

 

Le Conseil National du Mouvement Démocrate s’est réuni à l’Assemblée Nationale samedi 26 novembre 2011. Vue la très forte affluence, il a commencé avec plus de 40 minutes de retard, le temps de réussir à faire rentrer tous les militants venus écouter le « candidat isolé » !

 

Préambule

 

Dans un premier temps, notre président après nous avoir remerciés de notre présence si nombreuse, a posé l’analyse de la situation : la gravité exceptionnelle de la crise et ses deux causes essentielles, perte du « produire en France » et recul de notre Education. Cela nous place devant un défi historique, le plus grave que notre pays ait connu depuis la crise de 1929.

A situation exceptionnelle, réponse exceptionnelle qui exigera de dépasser la classique alternance des deux blocs qui se sont succédés jusqu’ici, et ceci parce que :

_ Nous avons pu constater qu’à l’intérieur du « groupe de gauche », il y a un grave conflit idéologique sur la ligne politique elle-même, aucun des alliés ne se sentant en fait engagé sur le programme négocié.

_ Du côté du « groupe de droite », il y a un bilan accablant, sans ligne directrice, sans ressort.

Cela nous donne une responsabilité particulière, car le risque est grand de voir les déçus de ces deux formations se laisser tenter par des votes extrêmes. Dans une élection présidentielle, les électeurs choisissent dans l’ordre :

 

_ Une personne

_ Des valeurs

_ Un projet

_ Des mesures.

 

Timing du début de campagne :

 

Mercredi 30 : conférence de presse avec présentation de l’équipe, ses méthodes et objectifs. Une équipe compétente, soudée, composée des dirigeants du Mouvement, auxquels se sont ajoutés des personnalités reconnues qui nous ont rejoints.

 

Elargissement : Les militants MoDem de la première heure ont porté la fondation vitale : celle de l’indépendance de la famille centriste. Mais, sans rien abdiquer de ce que nous sommes, l’heure est maintenant à l’élargissement, tant sur le terrain local qu’au national.

 

Des tables rondes seront engagées en janvier et février  pour nourrir la réflexion sur les sujets prioritaires, afin d’établir l’agenda 2012/2020

 

« Nous avons une réelle chance d’être entendus, la réflexion a changé dans les esprits, c’est une situation nouvelle »

 

Méthodologie de la réunion :

 

Tout d’abord un échange sur les questions politiques et de campagne, puis sur l’Europe.

 

Questions/réponses :

 

Phase « politique » :

 

Les questions ont porté sur notre positionnement « central », hors des clivages D/G habituels, puis sur les profils des candidats potentiels aux législatives.

Nous ne passons pas d’accords, nous devons nous débrouiller  seuls, en comptant sur nos propres forces.

Rôle du Mouvement Démocrate/ projet présidentiel ?

Ce sera le projet du candidat, au-delà du parti, mais le Mouvement Démocrate a bien entendu un rôle essentiel à jouer dans cette campagne.

A ce sujet, les cadres et militants présents souhaitent entendre François Bayrou porter un projet sincère, courageux, cohérent,  rigoureux mais empreint de solidarité et surtout porteur d’espoir.

 

Le débat a aussi tourné sur les autres partis : les incohérences du projet PS/EELV et les inquiétudes que cela peut faire naitre en termes de capacité à gouverner ; les réponses à apporter face aux arguments pro-FN, afin de ne pas laisser des électeurs déboussolés choisir de fausses solutions, réellement porteuses de très graves risques pour notre société.

 

Questions sur l’Europe

 

.

C’est la gouvernance de l’Europe qui est au cœur des préoccupations : notamment les rôles relatifs du « couple » France / Allemagne face aux institutions européennes dans leur ensemble. L’idée d’un président unique, élu au suffrage universel ou dans un premier temps par  l’assemblée européenne, fait son chemin. Les participants dans leur ensemble réclament un rôle plus actif de la BCE dans la résolution de la crise actuelle.

 

 

VOTES

 

1er vote :

 

Le règlement intérieur est adopté à la quasi-unanimité moins 3 « non » et 3 abstentions.

 

2ème vote

 

La motion politique suivante est adoptée à l’unanimité :

"Le Conseil national du Mouvement Démocrate, réuni le 26 novembre 2011, se réjouit de la volonté affirmée par François Bayrou de poser sa candidature à l’élection présidentielle.

Il affirme que la situation de crise que traverse le pays exige une prise de conscience dont François Bayrou a, depuis des années, été le précurseur. Il affirme que les efforts à demander au pays ne sont acceptables qu’avec une exigence d’équité sociale et de juste répartition.

Il affirme que seule une démarche politique nouvelle dans un esprit d’union nationale permettra de porter pendant le temps nécessaire la volonté de redressement du pays, de lui garantir l’adhésion des Français et de rendre crédible ce sursaut.

Il considère que François Bayrou est le seul qui permette à la fois cette lucidité, cet engagement et ce rassemblement des forces du courage. Au nom du Mouvement démocrate il lui manifeste donc son soutien chaleureux.

Le Conseil national considère en même temps que la candidature de François Bayrou ne peut être une candidature de partis et doit aller au-delà même de son propre parti.

Le Mouvement démocrate a permis, par son existence et son intégrité, de garantir au grand courant du centre français qu’il pourrait désormais se développer dans l’indépendance. L’élection présidentielle doit être l’occasion et le moment où se réuniront les forces de ce grand courant trop longtemps dispersées.

C’est pourquoi le Conseil national demande à François Bayrou de représenter l’ensemble de ces forces, et mandate son bureau exécutif pour préparer avec toutes les forces disponibles la maison commune de toutes les sensibilités qui font le choix de reconstruire ensemble la France."

 

Ce vote fut l’occasion d’un moment intense, une longue « standing ovation » de la part des participants.

La séance s’acheva par la traditionnelle conférence de presse, notre président François Bayrou préférant pour celle-ci s’asseoir au milieu des conseillers présents.

 

 

 

385397_2450706820570_1038987387_32626189_1833150333_n.jpg

Christine Margogne

Déléguée adjointe BMO

Conseillère nationale

Commenter cet article